Les terroirs du Val de Loire

Val de LoireLe Val de Loire, classé au Patrimoine Mondial par l’Unesco, est un paysage culturel exceptionnel qui témoigne d’interactions harmonieuses entre les hommes et leur environnement sur deux mille ans d’histoire. Il constitue par excellence une région de terroirs variés.
Les vignobles de Loire se sont épanouis avec la diversité inhérente à la mosaïque des sols, des reliefs et des orientations. Les différences de terroirs s’expriment ainsi pleinement dans la grande variété de vins bien qu’issus des mêmes cépages.
Une grande richesse viticole qui convie les épicuriens exigeants à découvrir ces grands terroirs et à ressentir l’influence des facteurs naturels sur la structure et les arômes des vins.

Origine du concept de vin du Terroir

La vigne et le vin représentent un modèle historique et culturel d’application du terroir. Si les premières références au terroir apparaissent dans les textes mythologiques, la reconnaissance du terroir comme porteur d’une notion d’authenticité ne s’affirme réellement que dans l’Égypte antique. Les pratiques d’identification de la provenance du vin, dans les vignobles européens (sceaux sur les jarres portant des indications précises…), ont perduré sous différentes formes au fil des siècles.
La crise due au phylloxéra, qui ravage ces vignobles à la fin du XIXème siècle, bouleverse ces notions. Il faut attendre 1935 pour que se développe, sous l’impulsion des vignerons, et notamment celle du Baron Leroy, la notion d’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC). L’année suivante est entérinée la création de l’Institut National des Appellations d’Origine (INAO) qui officialise l’AOC en France.

L’AOC concrétise la notion de vin de terroir

La notion d’AOC est fondée sur l’association d’un territoire, d’un ou de plusieurs cépages et d’un savoir-faire. C’est cette association originale qui confère aux vins des caractéristiques non reproductibles ailleurs car non transportables sur un autre site. Il en découle que le vigneron doit être au service de son terroir, et que le choix du cépage comme celui des pratiques œnologiques doit en renforcer l’expression au travers du vin.

Harmonie subtile des vins de terroirs

Parler de terroir implique de définir un cadre, une échelle : il y a un monde entre l’Unité de Terroir de Base, qui constitue la plus petite unité de terrain que l’on peut identifier utilement (généralement inférieure à un hectare), et une Indication Géographique régionale, qui représente un vaste ensemble de sols hétérogènes au climat soumis à diversité.

Le terroir peut alors se définir comme un système complexe constitué à partir d’une chaîne de facteurs : facteurs naturels du milieu, climat du millésime, cépage(s) et facteurs humains, qui fondent l’originalité du terroir.

L’étude des terroirs viticoles, comme celle initiée par Messieurs Asselin et Morlat à l’INRA d’Angers, est déterminante d’un point de vue scientifique et technique, spécialement pour optimiser la qualité et le caractère des vins (étude de l’interaction cépage/terroir, choix d’itinéraires agronomiques et œnologiques…).

Le concept de terroir fait également l’objet d’enjeux culturels et économiques déterminants.
A notre époque, marquée par la baisse de la consommation de vin (boire moins mais boire mieux) et par une concurrence mondiale très affirmée, les AOC apportent une plus-value inimitable.

A très court terme, 80% des vins seront standardisés. Seule la mise en valeur des terroirs permet au consommateur de se délecter de la subtilité d’une AOC, subtilité absente d’un vin œnologiquement parfait, mais élaboré à partir de technologies uniformisantes et engagées dans le seul objectif de plaire.
En effet, dans les pays traditionnellement producteurs, les générations de vignerons qui se sont succédées ont lentement façonné, souvent sans même le rechercher, la parfaite unité de terroir qui se révèle dans le vin. Vingt siècles de traditions viticoles ont fait du vin et de ses terroirs un élément de premier plan de notre patrimoine culturel, historique, agricole, paysager et… économique !

Ce sont les vins liés à leur terroir, ces vins qui ont « la tête de l’endroit et les tripes de celui qui les a fait », qui offrent de l’émotion au dégustateur lorsqu’ils révèlent la parfaite corrélation entre le milieu, le cépage et le savoir-faire.

La géologie du Val de Loire

En Pays Nantais, il y a 3 grands types de sols : les sols sableux, les sols issus de roches acides riches en minéraux potassiques, les sols issus de roches basiques riches en minéraux ferro-magnésiens. Les roches sédimentaires sont copnstituées de grès armoricains ou de schistes, les roches éruptives de granite ou de gabbros, et les roches métamorphiques de gneiss, de micaschistes, d’amphibolites ou de serpentinites.

En Anjou, le sous-sol est composé principalement de schistes ardoisiers, schistes gréseux et carbonifères du Massif Armoricain ; on y trouve également des filons éruptifs de spilites, rhyolites, phtanites.

En Touraine, le sous-sol est composé de craie tuffeau du Bassin Parisien avec des sols argilo-calcaires ou d’argiles à silex ; les terrasses des bords de Loire et de Vienne sont constituées de sables et de graviers. Les bords du Cher sont quant à eux souvent constitués de sols d’argiles à silex.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *